UFOLEP66 USEP66

Mémoires Vives 2018

Dans une société en constante mutation, où tout change si vite, la mémoire est une valeur essentielle que nous devons conserver et entretenir. Elle est un repère commun à chacun de nous.

Avec l’action « Mémoires Vives », nous avons la volonté de vous proposer un spectacle vivant de qualité évoquant le souvenir, la mémoire, afin de vous faire vivre une expérience artistique nouvelle.

"Mémoires Vives"

Il s’agit de proposer des actions éducatives autour d’activités artistiques et culturelles, permettant aux enfants et à leurs familles, de se familiariser avec la question de patrimoine immatériel et de transmission de la mémoire. A travers cette action, nous permettrons aux participants, de s’approprier le patrimoine local et de prendre conscience de l’importance de sa préservation.

Cette action est construite en partenariat avec les communes partenaires de nos actions et en particulier la ville d’Alénya qui accompagne la mise en place de ce projet et met à notre disposition, l’espace Ecoiffier, qui nous permet de proposer des spectacles professionnels de grande qualité.

 

Cette année « Mémoires Vives » se tiendra du 22 au 26 mai 2018 à l’espace Ecoiffier d’Alénya

Programme de la semaine :

 « Max » par la compagnie Ki, salle Machado

Du 22 au 25 mai 2018 pour les scolaires et centres de loisirs

Et samedi 26 mai 2018 à 16h00, tout public

Max est une adaptation du roman jeunesse « Max et Les Poissons » de Sophie Adriansen.

Il s’appelle Max. Il est bon élève. Il a reçu un prix d’excellence, et un poisson en récompense. Il a 8 ans. Enfin pas complètement. Il doit les fêter le 16 juillet 1942, mais ce jour-là a lieu un événement bien plus important. Du Vel’ d’Hiv’ au camp de Drancy, du camp de Drancy à la campagne ou il apprend à pêcher, Max traverse la deuxième guerre au rythme de son jeune âge.

L’histoire racontée par Sophie Adriansen, au travers de la voix de Max, nous amène dans une approche de la seconde guerre mondiale loin des camps. Une histoire dans l’Histoire. Au sein de la grande guerre, se raconte l’histoire d’un petit garçon juif.

Max bascule dans un monde qu’il ne comprend pas, de par son jeune âge. Sa réalité est bouleversée par la guerre certes, mais son regard d’enfant qui découvre la réalité du monde le place dans une bulle hermétique face à l’horreur des mesures qui sont prises contre lui et sa famille.

Dans cette adaptation le parti pris est sensoriel. La comédienne interprète tous les personnages : la narratrice, Max, le Nazisme, les autorités françaises, les Alliés, etc. Les univers visuels et sonores sont créés en temps réel. La tension monte...

« Sans danse pas de paradis » par Père Faura, salle Oms

Vendredi 25 mai 2018 à 20h30 tout public

A travers l'utilisation de quatre chorégraphies emblématiques de l'histoire de la danse et de l'histoire personnelle du créateur, le spectacle propose une réincarnation chorégraphique comme un geste symbolique d'admiration et de reconnaissance, mais aussi comme un exercice d'autocritique humoristique dans le monde de la danse et de ses références. 

Un collage chorégraphique entre "Singin 'in the Rain", "Saturday Night Fever", "Rosas" et "The Death of the Swan", imprimé en un seul corps qui ré interprète une partie de la mémoire collective de la danse afin de projeter des réflexions sur la performativité, la propriété, l'abstraction ou la représentation dans la danse et son histoire.

« Je vous salue Marie de France aux cent visages » par l’Île théâtre, salle Oms

Samedi 26 mai 2018 à 20h30 tout public

A la demande de l'accusation Française, Marie-Claude Vaillant-Couturier fût citée à comparaître lors du procès des principaux responsables nazis devant le tribunal militaire international de Nuremberg.

Auditionnée le 28 janvier 1946, le matricule 31685 du camp d'Auschwitz, la Résistante arrêtée par la police de Vichy en février 1942, l'une des rares détenues politiques françaises à avoir été déportée, livra un témoignage sidérant dont elle dira elle-même «Personne, personne ne pourra se représenter cela, on ne pourra pas nous croire».

Si la mise en mémoire de ce témoignage par Daniel Mesini nous emmène aux portes de l'enfer, il n'en reste pas moins que le devoir de transmettre et de dire encore et toujours n'a d'autre but que d'inciter à la fraternité entre les hommes et les peuples.

--

Un projet a été également mis en place tout au long de l’année avec le Lycée Professionnel Claude Simon de Rivesaltes autour de la mémoire et du patrimoine.

Les élèves ayant travaillé avec la comédienne et metteure en scène Neus Vila Pons, donneront un spectacle sur le thème de l’amour devant des scolaire le mardi 22 mai 2018 à 14h30.

 

Cette action est soutenue par la commune d’Alénya, la Région et la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) du Languedoc-Roussillon.

 

Photo de Jérémy Quesada

Parution : 07/05/2018

Fil RSS